Objectif Santé : La cartilage de requin,études sur les propriétés thérapeutiques

 

 

 

 

Informations disponibles sur le Cartilage de requin

1 : Etudes sur les propriétés thérapeutiques du cartilage de requin :

Depuis longtemps déjà, le requin intéresse et étonne les chercheurs par sa vitalité et sa grande résistance à la maladie. Ce prédateur est un animal très primitif, plus ancien que les dinosaures, mais, alors que ceux-ci furent décimés, le requin vit toujours, témoignant de son extraordinaire adaptabilité. 

 

 

Le cancer est particulièrement rare chez cet animal, 100 fois plus rare que chez les autres poissons ; aussi, tout naturellement, des chercheurs se sont-ils interrogés sur les raisons qui pouvaient lui conférer une telle résistance. L'attention fut tout d'abord attirée par le squalène , substance huileuse, abondamment présente dans le foie du requin, dont les propriétés anticancéreuses ont été reconnues. 
Mais plus récemment l'attention se reporta sur le cartilage. 
En 1960 le docteur Folkmann avait émis l'hypothèse que si l'on parvenait à stopper la formation des vaisseaux dans une tumeur cancéreuse, celle-ci ne pourrait poursuivre sa croissance. Mais comment arriver à ce résultat ? 
La réponse fut donnée par les docteurs Robert Langer et Ann Lee : le cartilage de requin présente en effet la propriété de s'opposer à la formation des vaisseaux dans les tumeurs. Était-ce la raison de la formidable résistance du requin au cancer ? Telle fut en tout cas l'hypothèse proposée. 
Toutefois on objecta que les requins vivaient en eau propre, non polluée par les substances cancérigènes, et que cela suffisait peut-être à expliquer la faible incidence du cancer chez ces animaux. Pour le vérifier on éleva des requins en eau polluée, mais cela ne changea rien aux faits. 
Les recherches conduites par Michael Sigel, chef du Service de microbiologie et d'immunologie de l'université de Caroline du Sud, ont montré que le requin dispose d'un système immunitaire remarquablement efficace, dont les anticorps lui permettent d'échapper aussi bien aux infections bactériennes et virales qu'aux pollutions chimiques, auxquelles succombent la plupart des mammifères. En effet, le cartilage stimule la production d'anticorps par le système immunitaire (Folkman). 
De grandes universités telles que Harvard, et le Massachusetts Institute of Technology (MIT), s'intéressèrent alors à la question. 

2 : LA PREUVE DU POTENTIEL THERAPEUTIQUE :

En 1985, une étude publiée par le Dr Prudden, montre pour la 1ère fois, des patients (31) cancéreux et atteints de tumeurs diverses, traités avec succès par du cartilage utilisé comme stimulant immunitaire et inhibiteur léger d'angiogénèse. 
L'effet inhibiteur majeur du cartilage de requin fut alors démontré, et les patients furent suivis sur 11 ans, pour mesurer le succès à long terme du traitement. 
Le Dr Prudden avait commencé son étude en 1972 sur des patients pour lesquels on estimait que l'irradiation et la chimiothérapie n'avaient plus aucune utilité . Le taux de survie des patients s'améliora dès qu'ils reçurent du cartilage de veau, initialement injecté, puis administré par voie orale. Tous les tests de toxicité (analyses rénales, hépatiques ou sanguines) s'avérèrent négatifs, y compris une étude de carcinogenèse de 2 ans et une étude sur 16 mois devant déterminer si d'éventuels effets étaient observables sur la descendance.

3 : LES RESULTATS CLINIQUES :

Le Dr Prudden démontra une régression tumorale sans les effets débilitants de la chimiothérapie, de l'irradiation ou de la chirurgie.

- 35% de «reponse complete» au traitement avec guerison probable ou possible (la preuve clinique tumeur active disparait 12 semaines : une radiographie du squelette montrant que les lésions laissent place à une régénération osseuse). 
Ainsi donc 11 cas sur 31, dont 
. Une patiente avec un cancer du col de l'utérus , sans récurrence de la maladie depuis plus de 7ans. 
. Un patient avec un carcinome pancréatique , sans récurrence depuis 8ans. 
. Un patient avec un cancer squameux du nez , sans récurrence depuis 5ans. 
- 26% de réponse complete avec rechute (nouvelles lésions, ou réapparition d'anciennes), 
- 19% de "réponse partielle" (régression de 50% de la taille des lésions, ou des marqueurs de tumeurs). 
- 3% de "progression" de la maladie (augmentation de 25% en taille de n'importe quelle lésion ou marqueur de tumeur). 
-3% sans changement 

Le Dr Prudden en conclut dans le « Journal of Biological Response Modiffers » que le cartilage avait un «effet inhibiteur majeur sur un large spectre de cancers .. Lorsqu'on se trouve confronté au diagnostic de pathologies telles que cancer pancréatique, adéno-carcinome du poumon, glioblastome multiforme, et d'autres situations où l'impuissance thérapeutique est évidente, l'utilisation d'une thérapie à base de Catrix (cartilage de veau en poudre) comme traitement prioritaire devrait être envisagée. Un argument favorable à son utilisation est que, contrairement à la chimiothérapie, elle ne détruit aucun pont immunologique ou hématologique. » 

4 : L'INHIBITION DES METASTASES  :

Dans un article publié en 1988, Patricia d'Amore exprimant la conviction que la vascularisation est « clairement essentielle pour la formation et la croissance subséquente des métastases », pensait aussi que l'inhibition de l'angiogénèse peut être un moyen de prévenir les métastases. 
Ce concept sera prouvé de façon concluante un an plus tard par une équipe de médecins de Boston dont fit partie le Dr Folkman.

5 : PREMIERES EXPERIENCES SUR L'HOMME :

-A la fin des années 80, au Costa Rica, le Dr C-L Alpizar, de l'Hôpital de la Sécurité Sociale, traita un patient souffrant d'une tumeur abdominale inopérable de la taille d'un gros pamplemousse . 
Il demanda et obtint des quantités expérimentales de cartilage de requin, qu'il administra oralement au patient, à raison de 12g/jour, en 3 portions égales, avant les repas. 
La tumeur, mesurée par sonographie, cessa de croître dans le mois. Après 6 mois de traitement constant à base de cartilage de requin , la tumeur était réduite à la taille d'une noix . Le patient retrouvant l'appétit, put au terme de ces 6 mois mener une vie normale. 

-En 1991, à Tijuana, au Mexique, 10 patients cancéreux tous à des stades terminaux , furent traités par le Dr E. Contreras Jr, avec 30g/jour de cartilage en suspension aqueuse. 
La dose était administrée en lavements ou par voie vaginale. 
Cette méthode permettant l'absorption immédiate par l'organisme, évite au contenu protéique du cartilage de requin d'être décomposé en amino-acides non inhibiteurs d'angiogenese. 
Sur les 10 prévus à l'origine, un patient abandonna en cours d'étude et un mourut prématurément. 
En l'espace de 2 mois, 7 des 8 patients restants eurent une réponse positive et une réduction de la tumeur de 30 à 100%. 
Ces résultats sur des cancers en phase terminale étaient uniquement dus à la thérapie par cartilage de requin puisqu'aucun autre traitement n'avait été insititué.

 

ATTENTION : Tout traitement alternatif destiné à lutter contre le cancer devrait être entrepris sous la supervision d'un médecin, pleine-sante.com ne saurait en aucune manière se substituer à votre médecin traitant. Les renseignements que renferme ce site sont donnés à titre d'information et sont basés sur la documentation disponible.

 

Cartilage de requin

.

 

 

Gelée Royale - Lait de Jument - Spiruline - Cartilage de Requin - Huile d'Onagre - Oméga 3 - Lécithine de soja - Acérola - Propolis - Papaye - Ginkgo biloba - Ginseng - Magnésium - Germe de blé - Alfafa - Dolomite - Silice - Os de seiche - Foie de morue - Ortie piquante - Bardane - Aloé Vera - Guarana - thé vert - Chitosan - Ail - Ail des Ours - Ananas - Peau d'Orange - Angélique - Artichaut - Aubépine - Ballote - Bambou - Bouleau - Bourdaine - Bruyère - Cassis - Chardon Marie - Christe Marine - Echinacéa - Eucalyptus - Eleutherocoque - Escholtzia - Fenouil - Fenugrec - Fucus - Fumeterre - Gingembre - Genièvre - Gomme de Guar - Gui - Hamamélis - Griffe du diable - Ispaghul - kudzu - lapacho - Maca - Marron d'Inde - Mélisse - Cholestérol - Myrtille - Partenelle - Passiflore - Pensée sauvage - Petite pervenche - Piloselle - Pissenlit - Prostate - Plantain - Prêle - Rhubarbe - Romarin - Salsepareille - Sauge - Saw palmetto - Schisandrae - Thym - Valériane - Obésité - Bronzage - Articulation - Déprime - Anxiété - Vision